Mise en œuvre du sarking, un système d’isolation par l’extérieur des toitures

Le sarking est un procédé qui garantit une performance thermique élevée, l’absence de ponts thermiques, une mise en valeur de la charpente et un gain du volume habitable. Avec le renforcement de la réglementation thermique, cette technique est amenée à se développer.

Couramment utilisé en montagne, le sarking est un système d’isolation par l’extérieur des couvertures en continu qui va nécessairement se développer compte tenu du renforcement de la réglementation thermique. Il comporte en général la mise en œuvre successive d’un plafond (voligeage sur chevrons), d’un écran d’interposition (obligatoire en zone de climat de montagne, altitude supérieure à 900 m), d’une isolation, de contre-lattes, éventuellement d’un écran souple puis de bois supports de couverture. Outre une isolation thermique continue sans pont thermique, ce système présente quatre avantages majeurs : gain de volume habitable sous les combles, possibilité de laisser une charpente apparente, absence d’intervention par l’intérieur et isolation phonique.
La mise en œuvre est effectuée élément par élément : le plafond est d’abord fixé ou cloué sur les appuis. Si besoin est, l’écran de sous-toiture est agrafé au plafond. L’isolant sous la forme de panneaux rigides (en laine de roche, fibre de bois ou autre), parfois en plusieurs couches croisées pour une meilleure efficacité, est posé puis fixé, en général avec des pointes torsadées ou cannelées avec un enfoncement minimum de 60 mm dans les chevrons. Le type et le nombre de pointes au mètre carré dépendent de la charge de neige extrême au sol, du poids et de la pente de la couverture. Disposés en quinconce, les panneaux, à bords généralement rainurés, sont bloqués en bas de charpente par des cales en bois. Enfin les contre-liteaux sont cloués avec une pénétration minimale dans le chevron d’au moins 60 mm. Leur hauteur, au minimum de 27 mm, dépend de l’épaisseur de la lame d’air nécessaire à la ventilation de la sous-face de la couverture prévue par le DTU correspondant (série 40).